A la une

Bonnes rentrée à tous

Le S3 de l’académie de Besançon vous souhaite une bonne rentrée.

Communiqué de presse du S3 - QUI PAYE LES POTS CASSÉS ?

C’est la question qui se pose lorsque l’on examine les conditions de rentrée, qui se dégradent lentement d’année en année malgré les intentions affichées d’améliorer la qualité du système éducatif.

Un nombre d’élèves en hausse

Au niveau national, les 2 521 emplois supplémentaires dans le second degré ne suffisent pas à compenser la hausse des effectifs de +22 942 élèves. Dans l’académie de Besançon, l’encadrement des élèves continue de se dégrader avec 300 élèves de plus mais un nombre de postes d’enseignants qui reste le même. La grande majorité des élèves se trouve dans des classes aux effectifs compris entre 25 et 30 en collège, 30 et 35 en lycée ce qui a, bien sûr, des répercussions sur les conditions d’apprentissage des élèves.

Des difficultés de recrutement

La volonté du Ministère de recréer les 60 000 postes supprimés sous le gouvernement Sarkozy se heurte au principe de réalité : les concours ne font plus le plein, et 3 640 postes offerts seront vacants à la rentrée, soit 21,5 % du total. Les profs de maths, de lettres, d’anglais ou d’allemand deviennent une denrée rare.

Les raisons : des salaires de départ très faibles (cette année, 1290 € pour les titulaires du concours rénové), des conditions de travail difficiles, et une formation professionnelle non aboutie. L’académie de Besançon accueillera cette année 275 stagiaires, dont certains sont déconcertés d’apprendre qu’ils devront se réinscrire en Master alors qu’ils en possèdent déjà un, écrire un deuxième mémoire et suivre des modules complémentaires durant leur année de stage…

Une pénurie de profs dans certaines parties de l’académie

Dans certaines parties de l’académie, les services rectoraux peinent à pourvoir tous les besoins d’enseignement. Certains établissements sont particulièrement touchés, notamment dans la zone de Montbéliard (maths, sciences économiques et sociales) mais aussi aux frontières de l’académie : au sud St Amour, au nord Jussey/Scey-sur-Saône (maths, allemand). Le rectorat est donc contraint de recruter des personnels non-titulaires, mal payés et mal formés, pour assurer les cours dans ces établissements.

Un manque de cohérence dans le pilotage des lycées

La région, décidée à faire des économies de frais de viabilisation des lycées, a cherché à diminuer les surfaces utilisées par les établissements de notre académie. Après de nombreuses concertations, seules trois fermetures ont été sérieusement envisagées : celles des lycées professionnels Montjoux à Besançon, Le Corbusier à Lons le Saunier et Diderot à Bavilliers, cette dernière ayant, semble-t-il, déjà été reconsidérée. Promesse a été faite qu’aucune formation ne fermerait mais qu’il s’agirait simplement de transferts au plus près pour éviter toute déscolarisation, ce qui pose de gros problèmes sur Lons le Saunier où, de son côté, le recteur a décidé la fusion du LP Le Corbusier avec le lycée général Jean-Michel, ce qui est contradictoire avec une fermeture.

Un tel manque de collaboration entre la région et le rectorat ne peut qu’inquiéter : au final, sur ce sujet comme sur les autres, ce sont bien les élèves et les personnels qui paient les pots cassés de cette absence de politique éducative ambitieuse.


Articles les plus récents

ENTRÉE DANS LE MÉTIER DES STAGIAIRES : ENCORE LOIN DU COMPTE

Les difficultés d’affectation des lauréats des concours 2014 rénovés et exceptionnels ont atteint des proportions inédites cette année. De nombreux lauréats des concours exceptionnels et (...)

Situation des stagiaires déjà titulaires d’un master, bénéficiant d’un parcours de formation adaptée

Les syndicats de la FSU s’adressent au ministre de l’Éducation nationale pour évoquer la situation des stagiaires déjà titulaires d’un master, bénéficiant d’un parcours de (...)

Rentrée : communiqué de presse relatif au Comité technique spécial de Haute-Saône du 4 septembre 2014.

Vous pourrez lire dans cet article le communiqué de presse du SNES 70 relatif à la tenue du dernier CT et aux conditions de rentrée.

Stage syndical dans l’aire urbaine - 17 octobre 2014

Le SNES invite les collègues de Belfort, Héricourt et Montbéliard à participer à une journée de stage autour de la vie syndicale au sein de leur établissement.

LES VOYAGES FORMENT LA JEUNESSE

Si l’expression est vraie, certains TZR de notre académie ont une sacrée chance : le petit veinard qui a hérité d’un poste sur 4 établissements, et pas n’importe où : (...)