Doubs : rentrée difficile au collège Diderot et à l’EREA de Besançon

lundi 1er septembre 2014

COLLÈGE DIDEROT : PONDÉRATION ET EXAGÉRATION

La mise en place du seul REP+ de l’académie ne se fait pas dans la sérénité… La pondération de 1,1 sur les heures d’enseignement n’est pas considérée par l’administration comme une réduction de la charge et du temps de travail en reconnaissance de la lourdeur particulière de l’exercice du métier dans cet établissement et du travail en équipe depuis longtemps effectué, mais plutôt comme un moyen d’imposer aux collègues de nouvelles obligations en terme de réunions hebdomadaires et de formations en dehors du temps de travail. Il est à craindre que l’esprit des textes réglementaires ne soit pas respecté et que les équipes pédagogiques soient entraînées dans un trop grand nombre de projets, à la hussarde, et sans que la communauté éducative y trouve vraiment son compte.

EREA DE BESANÇON : une fois ça va, mais deux fois...

L’EREA* de Besançon, chargé de prendre en charge des adolescents en grande difficulté scolaire et sociale, ou présentant un handicap, n’a paradoxalement pas de vie scolaire et les personnels demandent la création d’un poste de CPE depuis des années. La bonne idée du rectorat, pour fonctionner à moyens constants, a été de piocher sur les moyens d’enseignement pour dégager un poste « vie scolaire », confié à un chargé de mission recruté à l’interne de l’établissement. A priori, rien à redire, mais quand la manœuvre se répète pour un chef d’établissement adjoint, le bon fonctionnement de l’établissement commence à en pâtir : comment tourner s’il n’y a plus assez d’adultes à l’internat, ou s’il n’y a que 2 surveillants pour trois salles de cantine ? Il est plus que temps que le rectorat se préoccupe sérieusement du bon fonctionnement de cet établissement.

*Établissement Régional d’Enseignement Adapté