Tweet du @SNES_70 : vidéo de la conférence de presse de rentrée du SNES-FSU national.

jeudi 27 août 2015
par  David CAILLET

La conférence de presse de rentrée du @SNESFSU s’est déroulée mercredi 26 août.

La rentrée s’annonce à haut risque pour le gouvernement, sorti affaibli des divers scrutins et très largement contesté au sein même du parti de la majorité. Si l’éducation fait figure de ministère préservé, les efforts consentis en matière de créations de postes restent modérés et il manque les mesures incitatives auprès des étudiants pour garantir que tous les postes seront pourvus.

Le salaire moyen d’un enseignant est inférieur de 30% à celui d’un cadre de la fonction publique et nettement inférieur à celui de ses voisins européens : -35% par rapport à l’Allemagne par exemple (étude OCDE). La demande première du SNES et de la FSU est le dégel du point d’indice, mais le gouvernement refuse pour le moment cette revalorisation globale. Il a engagé des négociations, dites PPCR, avec des propositions de simplification et d’autres qui soumettent certaines mesures de revalorisation à des conditions spécifiques, afin de distinguer les personnels « ayant fait preuve d’une valeur professionnelle exceptionnelle ».

Les journalistes ont posé de nombreuses questions sur la réforme du collège, après les propos lénifiant de la ministre annonçant que tout était bouclé. Et bien non, pour le SNES on ne peut pas engager une réforme sans l’assentiment de la profession, il est encore temps d’ici 2016 de reprendre les discussions et d’écouter les professionnels. Arrêtons l’empilement des prescriptions, l’accumulation d’exigences contradictoires : « expérimenter, pratiquer » sans moyen pour travailler en petits groupes, « accompagnement personnalisé » qui reprend le dispositif de la réforme lycée, laissant peu de place à une pédagogie adaptée aux besoins spécifiques des élèves. Arrêtons les mesures ou les sigles gadget (AP, EPI,…) qui privilégient effets d’affichage et attelons-nous à une réforme du collège portée par la communauté éducative, garante de son efficacité. L’intersyndicale est décidée à poursuivre l’action, le SNES est favorable à une grève et une manifestation nationale d’ampleur au cours des prochaines semaines.

« Reprendre la main sur son métier », depuis plusieurs années le SNES mène réflexion et projet en lien avec des chercheurs, notamment dans le cadre d’un partenariat avec le CNAM, sur les effets des réformes successives. Un colloque organisé le 12 novembre à Paris permettra de faire le point sur cette étude, examinera les développements et les propositions qui pourrait en découler.

+ d’infos http://www.snes.edu