Opération grains de sable : formation à la réforme du collège, déclaration des enseignants grévistes de Noidans-lès-Vesoul

dimanche 29 novembre 2015
par  David Caillet

Mesdames, Messieurs,

Contrairement à l’adage, nous pensons que les absents n’ont pas toujours tort.
D’ailleurs, comme l’a dit Madame Florence Robine, directrice de la Dgesco, le 3 octobre 2015 à Caen : "Oui c’est possible, on n’a pas forcément besoin d’un enseignant pour apprendre."
De plus, comme Madame Vallaud-Belkacem, Ministre de l’Éducation Nationale, considère qu’il n’est pas utile de demander leur avis aux enseignants sur une réforme qui les concerne en premier lieu, nous estimons qu’une formation à cette réforme n’a pas besoin de nous, enseignants.
Nous marquons ainsi notre désaccord profond avec une réforme égalitariste et non égalitaire.
Nous marquons notre désaccord avec une réforme qui insulte notre modernité, laquelle n’existerait pas sans le monde dit "classique" et qui existe encore de nos jours à travers l’enseignement du latin et du grec.
Nous marquons notre désaccord avec une réforme qui tente de briser l’amitié franco-allemande en mettant à mal l’enseignement de la langue du premier partenaire culturel et économique de la France, la langue d’un pays ami avec lequel la France doit écrire son avenir.
Nous marquons notre désaccord avec une réforme qui veut imposer ladite modernité de l’interdisciplinarité, laquelle n’est qu’un cache-misère pour en finir avec la spécialisation intellectuelle des enseignants.
De nombreux enseignants travaillent déjà en interdisciplinarité, en plus de leurs heures de cours. Les EPI ont vocation à exister sur les heures de cours disciplinaires et rendent donc caduque la véritable interdisciplinarité.
Nous marquons notre désaccord avec une réforme qui diminue les horaires et fatalement finira par diminuer le nombre des enseignants à des fins budgétaires. Mais comme l’a dit Madame Robine : "On n’a pas forcément besoin d’un enseignant pour apprendre."
Enfin, nous invitons tous nos collègues à nous rejoindre, ainsi que nos chefs d’établissement et les inspecteurs. Et nous ne pouvons croire que tous soient résignés à voir ainsi l’École de la République si malmenée.

Les enseignants grévistes de 16h30 à 19h, jeudi 26 novembre, du Collège René Cassin de Noidans-lès-Vesoul.