Compte rendu du COMITE TECHNIQUE SPECIAL du Jura du 28 janvier

mardi 9 février 2016

A la rentrée 2016, les collèges du Jura devraient perdre l’équivalent de 13 emplois, deux fois plus que la seule baisse démographique. La réforme du collège en accentue donc les effets. Le calcul des dotations s’est effectué sur la base de 26h + 2,75h par classe et l’inspecteur d’académie n’a cessé de marteler pendant toute la durée du CTSD réuni le 28 janvier, que les élèves ne devaient avoir que 26 heures de cours. Il s’agit bien d’uniformiser et de faire disparaître tous les dispositifs et enseignements qui permettaient d’apporter un plus aux élèves, de la diversité, une ouverture culturelle. Ainsi le DASEN prévient-il que le maintien des langues anciennes est acquis pour la rentrée prochaine seulement, avec un horaire nettement réduit. Quant aux bilangues, si le Jura est moins touché que d’autres département de l’académie, il m’empêche que leur suppression dans quelques collèges touche des établissements dont les élèves cumulent difficultés sociales et scolaires (Moirans, Pré Saint Sauveur à Saint Claude) ou fait totalement disparaître ce dispositif de Lons-le-Saunier.

Le nouveau mode de classement des collèges qui prend en compte les difficultés sociales et scolaires des élèves et de leurs familles, ainsi que la ruralité, aurait pu être satisfaisant à condition d’étaler le nombre maximum d’élèves par classes de 20 à 26. C’est loin d’être le cas. Ainsi dans 17 établissements (sur 27 collèges publics), les seuils restent-ils à 28. Au final, ce classement est opaque et incohérent : Lavans apparaît dans la même catégorie que Champagnole ou Lons Saint Exupéry par exemple. Les établissements éducation prioritaire ou sortis de l’éducation prioritaire voient tous leur H/E baisser, que les effectifs augmentent ou baissent.

Soumise au vote, cette dgh insuffisante a été rejetée par le CTSD : 6 voix contre (FSU - FO) - 4 abstentions (UNSA).
+