RÉFORMES BLANQUER, USINES À GAZ

dimanche 18 mars 2018
par  Nathalie Faivre

Le ministre a lancé une offensive tous azimuts pour réformer en profondeur le lycée et l’accès au supérieur.
Le but : ça doit coûter moins cher.
La méthode : d’abord on applique, ensuite on discute !
Le moyen : on éjecte les élèves issus des milieux les plus modestes.
Bref aperçu de ce qui risque d’arriver si nous ne réagissons pas :

RÉFORME DU BAC :

  • 60 % : épreuves terminales (français, philo, deux disciplines de spécialité et « grand oral »)
  • 40 % : épreuves en contrôle en cours de formation (toutes les autres disciplines, trois fois durant les deux années de première et terminale).
  • multiplication des épreuves : environ 30 par élève contre 12 à 15 actuellement !

RÉFORME DU LYCÉE :

  • Suppression des séries générales.
  • Tronc commun déséquilibré, quasiment sans disciplines scientifiques.
  • Menu de disciplines de spécialité essentiellement scientifiques.
  • Réduction du nombre d’heures de cours : 27 h/semaine environ.
  • séries technologiques appauvries, les disciplines technologiques actuelles disparaissent, d’autres apparaissent...
  • Nouvelles disciplines aux intitulés changeants, sans finalité ni programmes.

DES CONSÉQUENCES DÉSASTREUSES :

  • Réforme précipitée, pas de réflexion sur les contenus
  • Déconnexion matières enseignées/disciplines de recrutement
  • Bac, diplôme local dont la valeur dépend de la réputation du lycée.
  • Épreuves chronophages, stress permanent.
  • Corrections de bac non rémunérées.
  • Perte de sens de nos métiers

PARCOURS SUP’ OU PARCOURS DU COMBATTANT ?

Pour les élèves :

  • CV + lettre de motivation pour chaque vœu, logique de recherche d’emploi.
  • Possibilité de refus de la part de l’université => multiplication des vœux.
  • Les plus fragiles découragés => tri social.
  • « pack orientation » pour 500 € par des officines privées => tri social.
  • Voeux non hiérarchisés => pas d’ordre dans les réponses, attente jusqu’en juillet possible.
  • Affectation d’office par le recteur si pas pris en septembre.

Pour les profs :

  • Fiches avenir beaucoup trop compliquées.
  • Pronostic de réussite dans le supérieur à formuler pour chaque vœu de chaque élève.
  • Conseils de classe du 2e trimestre détournés de leur sens : bulletins pas examinés, focalisation sur les fiches avenir, durent très longtemps.

Pour en savoir plus :



Documents joints

Projet contrôle continu
projet bac G et T
projet épreuves du bac général
projet épreuves du bac techno