#Pas de vagues dans les lycées du Territoire de Belfort

mardi 20 novembre 2018
par  Elvire Celma

Le lycée Follereau : Dans le vague des décisions
Depuis la rentrée de septembre, le lycée Follereau a vu les incivilités et la violence augmenter et dégrader le climat scolaire. Début octobre un collègue a été agressé physiquement par un groupe d’élèves et calomnié par des accusations mensongères. Au vu de la gravité des faits et en l’absence d’une réaction immédiate de l’administration, une semaine après, une vingtaine de collègues a décidé d’utiliser le droit de retrait.
Une délégation, reçue par le proviseur, a exposé les problèmes rencontrés au quotidien par nos collègues et dénoncé le climat délétère et anxiogène qui se développait. Elle a insisté sur la nécessité d’un soutien clair et ferme au corps enseignant. Le proviseur s’est engagé à réunir un conseil de discipline après les vacances de la Toussaint et de faire un signalement au Procureur de la République. Il a accepté aussi la proposition de banaliser une demi-journée pour mener une réflexion collective sur les problèmes rencontrés…..Entre temps, il a fait appel au Rectorat qui lui a proposé les Services de l’Équipe Mobile de sécurité du rectorat.
L’engagement pour le Conseil de discipline a été tenu, pour le reste…voici où nous en sommes un mois et demi après :
L’équipe Mobile de Sécurité (2 personnes) après 2 demi-journées d’observation dans les couloirs d’un des plus grands lycées du Nord Franche Comté et ses alentours, sans engager aucun dialogue avec les enseignants, ni avec les élèves, a tiré la conclusion qu’au lycée Follereau « ce n’était pas pire qu’ailleurs » et qu’il fallait améliorer l’accueil des élèves en créant un espace qui leur était propre… Les collègues sont consternés par cette piste proposée par des services rattachés au Rectorat car elle est loin de prendre la mesure de la situation réelle de l’établissement. De plus une telle réponse semble plutôt officialiser la violence comme un fait commun au lieu d’apporter des pistes sérieuses pour lutter contre !
En ce qui concerne la date de la demi-journée banalisée les collègues l’attendent toujours….et pendant ce temps les incivilités se poursuivent et l’exaspération et l’épuisement des équipes pédagogiques continuent à monter.
Le lycée Follereau n’est qu’un des nombreux exemples sur le fonctionnement de l’institution scolaire qui est malade de ses indicateurs de performance au détriment d’une analyse réelle du terrain et une prise en considération des situations par établissement où le besoin d’encadrement humain est criant.
Les choix politiques faits sur la suppression de postes n’augurent pas d’une amélioration du climat scolaire.

Lycée Courbet : Et pour quelques heures de plus….

Pour remettre en ordre 11 heures dans la ventilation des services, le proviseur tire à vue dans les emplois du temps !"

La semaine précédant les vacances d’automne, les enseignants du lycée Courbet s’étonnaient de ne pas avoir reçu et signé leurs états de service. Le vendredi même, plusieurs collègues ont reçu un mail les convoquant dans le bureau du proviseur.

Un à un, les collègues ont vu certaines de leurs heures supprimées, au motif que la DGH votée par le CA l’année dernière ne respectait pas les règles de ventilation des services.
Un différentiel important, un gouffre, une erreur monumentale de...11 heures !
Adieu les dédoublements en Première et en Terminale STMG, ainsi qu’en Première ES, pourtant institués depuis 25 ans au bénéfice des élèves. Plus grave encore, des heures de mathématiques ont été retirées en Seconde, mais seulement pour la moitié des classes. Tous ces élèves ont eu la malchance d’avoir un professeur avec une HSA (heure supplémentaire), cible privilégiée de ces coupes précipitées. Hasard malheureux, ce sont les classes les plus en difficulté depuis la rentrée qui sont touchées...
Les professeurs ont ainsi massivement fait grève lundi 12 novembre, avec 46 personnes mobilisées soit la moitié des effectifs. Malgré cela, le Rectorat ne renonce pas à exiger cette nouvelle ventilation des heures de la discorde et de nouveaux emplois du temps ont été transmis aux familles et mis en place dès la rentrée des vacances d’automne !
Une manière de sensibiliser à la future réforme du lycée, qui réduira drastiquement les possibilités de dédoublements ?
Les personnels prévoient une action "lycée mort" le 6 décembre. Leur détermination est totale !