PLUS LOIN, PLUS FORT

vendredi 23 novembre 2018
par  Nathalie Faivre

La grève du 12 novembre, riposte voulue par le SNES-FSU à l’annonce des 2650 suppressions de postes à la rentrée 2019 dans le second degré, a été un succès contrairement à ce que prétend Blanquer !

Le ministère veut faire croire que la mobilisation n’était pas au rendez-vous, mais les chiffres dont nous disposons disent autre chose : 40-50 % de grévistes en moyenne. Il est temps de reprendre conscience de notre force lorsque nous sommes unis et de songer à aller plus loin, plus fort ! Faisons en sorte que la grève du 12, loin d’être une fin en soi, ne soit que le début d’une mobilisation contre les attaques inédites dont le système éducatif en particulier et la fonction publique en général font l’objet. La réforme lycée promet d’être brutale, mais les collèges ne seront pas épargnés par les augmentations d’effectifs. Et que dire de la multiplication des injonctions et réunions de toutes sortes visant à soumettre psychologiquement une profession qui aurait pu se sentir libérée de la tutelle des IPR par un déroulement de carrière ponctué de trois inspections seulement ? Dans un contexte de dérégulation massive et de remise en cause du statut de fonctionnaire, l’exercice du métier devient décidément de plus en plus difficile.
En attendant la prochaine date nationale, nous soutenons toutes les initiatives locales visant à informer sur la situation, en particulier les conditions de rentrée 2019 : tracts aux parents, réunions, communiqués de presse, heures d’information syndicale, motions en CA contre les sureffectifs/la réforme lycée, refus des tâches non statutaires, contact avec le CHSCT ou le médecin du rectorat en cas de souffrance au travail, etc. Le SNES académique appelle à la mobilisation le 3 décembre, jour du CTA consacré à la carte des spécialités en lycée, et déposera un préavis de grève pour ce jour-là.
Pour renforcer notre légitimité et donner plus de force à nos actions, faisons des élections professionnelles un temps de mobilisation. Chaque voix comptera et chaque voix pour le SNES et la FSU sera une voix donnée à un syndicalisme force de proposition comme de résistance, qui veille aux intérêts de tous les personnels. Du 29 novembre au 6 décembre, votez et faites voter SNES et FSU !