Réforme du lycée : quand la communication détourne « légèrement » les faits...

mercredi 30 janvier 2019
par  David Caillet

Dans la communication du 17 janvier 2019 sur le site Internet du rectorat (http://www.ac-besancon.fr/spip.php?article7952#7952), il est écrit que le recteur a « animé plusieurs tables rondes » et qu’il « est allé à la rencontre des équipes pédagogiques, des élèves et des représentants de parents, en présence d’élus locaux. ».
La liste fait état d’une table ronde au lycée Cournot de Gray le 13 décembre. Replaçons les éléments dans leur contexte.
Mardi 11 décembre les enseignants du lycée Cournot de Gray se sont mis en grève pour protester contre les différentes réformes du lycée et les menaces que les projets laissaient planer sur l’avenir de leur établissement. La participation à ce mouvement a été massive puisque 74% des enseignants étaient en grève à midi. http://www.besancon.snes.edu/spip.php?article1748
Le recteur et la DASEN de Haute-Saône sont en effet venus au lycée le 13 décembre, peut-être suite aux échos du mouvement dans les médias ou après réception des courriers envoyés par les enseignants à leur attention et aux élus locaux ?
Toujours est-il qu’on ne peut pas parler de « table ronde » puisque :
-  ni les parents ni les élus ni les élèves n’avaient été conviés à cet échange. A signaler que le recteur est ensuite allé déjeuner à la cafétéria du lycée mais de là à dire qu’il y a eu un dialogue avec les élèves...

-  les enseignants n’avaient pas été prévenus et ont découvert la présence du recteur et de la DASEN en salle des profs au moment de la pause déjeuner ! Ils ont dû choisir entre profiter de leur pause ou tenter de dialoguer de façon improvisée debout entre les casiers et les tables de travail. Le dialogue a laissé beaucoup de frustrations car les enseignants n’ont pas eu de réponses sur de nombreuses interrogations comme par exemple le financement de la classe européenne ou l’avenir de la section pro. Et si les inquiétudes ont été levées sur l’avenir de l’option EPS ou le BTS, quelle ne fut pas leur surprise de voir évoquée la solution du MOOC pour palier à la non attribution de la spécialité « Lettres Humanités Philosophie ». Solution qui a d’ailleurs été reprise à Héricourt http://www.besancon.snes.edu/spip.php?article1763

Ludivine Krattinger-Couturier.