EDUCATION NATIONALE : LES RAISONS DE LA COLÈRE

mardi 3 décembre 2019
par  Nathalie Faivre

La participation des enseignants à la grève du 5 décembre sera massive. Plusieurs raisons à cela :

RAISON NUMÉRO 1 : LA RÉFORME DES RETRAITES
À la veille de la grève, le ministre Blanquer s’est autorisé un message à tous les enseignants truffé de contre-vérités qui laisse penser que tous ceux qui feront grève n’auraient rien compris ! 
 

  • Le système à points n’est pas plus avantageux, car prendre en compte l’ensemble de la carrière au lieu des 6 derniers mois fait passer le taux de remplacement de 75 à 55 % ; 
  • Dire qu’un Euro cotisé ouvrirait les mêmes droits à tout le monde, c’est oublier que tout le monde ne pourra pas cotiser le même nombre d’Euros ! 
  • Prétendre que la prise en compte des primes compenserait la perte prévisible, c’est se moquer de tous les enseignants, qui n’en perçoivent quasiment pas ;
  • Qui peut croire que le gouvernement augmenterait nos salaires en compensation des pertes attendues de nos pensions, de 300 à 900 Euros ? 
  • Toute augmentation de salaire sera de toutes façons compensée par une augmentation de nos obligations de service, le président l’a promis...

RAISON NUMÉRO 2 : LA RÉFORME DU BACCALAURÉAT
Dans un mois et demi, le baccalauréat commence et rien n’est prêt !
L’annonce d’une ouverture différée de la Banque Nationale de sujets est une preuve supplémentaire de l’état d’impréparation de ces épreuves du nouveau bac, dénoncé dès le début par le SNES-FSU. Aujourd’hui, tous les témoignages des collègues montrent que l’impréparation et le renvoi au local de l’organisation génèrent du stress et une surcharge de travail conséquente pour des personnels déjà épuisés par la mise en place à marche forcée de la réforme du lycée.

RAISON NUMÉRO 3 : LE MANQUE DE MOYENS POUR L’ÉCOLE
La dernière étude PISA le redit : le système scolaire français est inégalitaire !
Tous les profs savent pourquoi :

  • Des classes surchargées, une impossibilité d’aider les élèves en difficultés ;
  • Des enseignants pas assez formés : absence de formation continue, formation initiale superficielle ;
  • Des enseignants pas assez payés : la pénurie d’enseignants est de plus en plus grave, avec des postes vacants, un recrutement de contractuels non formés, des absences non remplacées ;
  • Des programmes inadaptés, imposés par le ministre malgré des avis unanimes contre (cf réformes des lycées).

Le ministre poursuit sa stratégie de communication sans entendre ce que veulent les personnels, confrontés à des risques psycho-sociaux de plus en plus grands. Les personnels seront massivement dans la rue ce jeudi 5 décembre.

Contact : Nathalie FAIVRE (06 37 93 85 12)