Rentrée 2021 dans les collèges de Haute-Saône : 8 classes en moins et 17, 85 équivalents temps plein en heures poste en moins !

jeudi 21 janvier 2021
par  David Caillet

Le CTSD concernant la rentrée des collèges s’est déroulé ce matin.

Les collèges du département sont encore une fois durement touchés par les baisses de moyens puisque la DGH départementale baisse de 268, 95 soit environ 15 ETP (HSA déduites), en réalité 17, 85 ETP en heures poste ( voir déclaration préalable ci-dessous).
La DGH départementale et sa répartition ont été rejetées à l’unanimité par les représentants des personnels de la FSU et de l’UNSA qui étaient présents au CTSD.

Il est à noter l’absence du SNALC (un siège) qui, s’il sait bien faire dans la communication nationale racoleuse, na pas été présent aux dernières instances départementales qui concernaient les collèges.
Les personnels du Secondaire qui ont voté pour cette organisation syndicale aux dernières élections professionnelles apprécieront...

Les documents concernant les DGH et les effectifs sont téléchargeables ci-dessous (ne pas tenir compte de la mention "ne pas diffuser" uniquement valable avant la tenue du CTSD).
Lors de l’instance, les représentants FSU sont intervenus sur toutes les situations problématiques que l’analyse des documents a révélé. N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions sur votre établissement.

Déclaration commune au SNES-FSU et au SNEP-FSU pour le CTSD 70 du 21 janvier 2021 sur la préparation de rentrée.

- Moins 216,55 h à la rentrée 2018
- Moins 416.55 h à la rentrée 2019, année de la fermeture du collège Gérôme à Vesoul
- Moins 113.16 h à la rentrée 2020
- Et moins 268.95 h à la rentrée 2021 pour les collèges de Haute-Saône.

Les collèges de notre département auront perdu l’équivalent de plus de 55 ETP en 4 ans, dont près de 15 ETP pour la prochaine rentrée scolaire. Quel amère constat !
Une fois encore, les mêmes causes entrainant les mêmes effets, cela va signifier des hausses d’effectifs dans les classes, l’augmentation des heures supplémentaires et la création artificielle des compléments de service qui en résulte.
Une fois encore, les conditions d’étude de nos élèves vont se dégrader, les conditions de travail des personnels aussi.
On va nous opposer la baisse démographique. On ne la niera pas mais regardons les effectifs validés lors des deux dernières rentrées : 47 élèves de plus que prévu en 2019, 70 en 2020... On paye donc très cher pour un recul plus lent que prévu.
Les personnels n’en peuvent plus. Au mieux ils sont fatigués et blasés, au pire ils sont en colère contre cette institution qui les malmène, eux et les élèves dont ils ont la charge.
Et cette colère et cette fatigue s’accentuent avec le défi de la crise sanitaire à laquelle ils doivent faire face depuis bientôt un an. La logique aurait voulu qu’on sanctuarise l’école de la République, afin d’aider les élèves à relever la tête après le confinement qui les a éloignés de l’école, qui a augmenté les difficultés sociales et économiques de leur famille et qui depuis la rentrée de septembre voit exploser les absences pour les malades et les cas contacts. Nous aurions pu espérer un statut quo, une trêve dans la casse du service public d’Education. Il n’en sera rien : l’académie doit rendre 76 ETP, les collégiens et les personnels de Haute-Saône en paieront une nouvelle fois le prix fort. A l’heure où le ministre déclare vouloir réduire les écarts entre l’école des villes et celle des campagnes, le compte n’y est vraiment pas. Et ce n’est pas le nouveau mode de calcul de l’IDS adopté à marche forcée qui apportera la solution.
La grève du 26 janvier prochain, au-delà des revendications salariales justes et nécessaires, exprimera aussi l’exaspération de notre profession :
- Non anticipation des réponses à apporter à la crise sanitaire parce que contrairement à ce que dit Monsieur le ministre, nous n’avons jamais été prêts.
- Protocoles inadaptés et improvisés. Sur cette question, nous avons ce matin une pensée pour tous les collègues et élèves qui doivent pratiquer l’EPS dehors en plein mois de janvier !
- Mascarade du Grenelle de l’éducation.
La FSU soutient toutes les luttes actuelles et votera contre cette nouvelle baisse de moyens qui dégradera encore un peu plus les conditions d’accueil des élèves et les conditions de travail des personnels des collèges de Haute-Saône.


Documents joints

Documents CTSD rentrée collèges 2021 : DGH, (...)