Encore une année au pain sec et à l’eau pour les collèges de Haute-Saône !

jeudi 9 février 2012
par  David CAILLET

CTS du 2 février 2012.

Encore une année au pain sec et à l’eau pour les collèges de Haute-Saône.

Une fois de plus, les collèges de notre département vont faire les frais de la politique inique de réduction des moyens dans l’Éducation Nationale. Cette année, l’inspection académique prévoit 10447 élèves soit 4 élèves de plus que les effectifs constatés à la rentrée 2011. Le nombre d’élèves accueillis dans nos collèges,ULIS et SEGPA demeure donc stable. Malheureusement, ce n’est pas le cas de nos moyens qui subissent une énième baisse : 179 heures de moins par rapport à l’année dernière.

C’est donc l’équivalent de dix postes à temps plein qui devrait disparaître des collèges de Haute-Saône à la rentrée, avec pour conséquence directe la dégradation des conditions d’accueil des élèves. Pour ces derniers, cela se traduira par davantage de classes surchargées, des horaires « plancher » devenus la norme dans toutes les matières, un amoindrissement accru de la diversité des enseignements... Pour les enseignants, cette diminution de moyens sera une fois de plus synonyme de dégradation des conditions de travail, de suppressions de postes et de compléments de services plus nombreux.

Jugez plutôt ! 53 heures en moins au collège Mathy de Luxeuil, 49 heures de moins au collège P. et M. Curie d’Héricourt, 45, 5 heures en moins à Champlitte, 48 heures en moins pour Lure alors que l’établissement est classé RRS ! A ces véritables saignées, il faut ajouter les nombreux collèges qui, pour quelques élèves en moins ou en plus (?) voient leurs DGH baisser de 5, 13, 16 heures...

Autre situation aberrante, au collège de Rioz, ce sont 28 élèves prévus en plus pour une DGH en baisse de 4, 5 heures ! Seuls 8 établissements voient leurs DGH progresser entre 2011 et 2012 mais on est loin d’une couverture réelle des besoins de ces collèges pour lesquels l’IA prévoit 98 élèves de plus en 2012 pour seulement 69,5 heures abondées. Rien de mirobolant quand on sait qu’une classe consomme déjà une bonne vingtaine d’heures par semaine.

Devant ce triste sort réservé à l’école publique, les représentants de la FSU et des autres organisations syndicales ont voté contre la répartition des moyens proposée par les services de l’IA. Nous ne nous satisfaisons pas des arguments rebattus sur le contexte national de rigueur et la nécessaire participation de notre département à l’effort de réduction des dépenses publiques. Pour nous, toute cette argutie dissimule mal les effets de la politique gouvernementale qui taille allègrement dans le budget de l’enseignement public au détriment des élèves et des agents.
Suite à ce vote négatif unanime, un nouveau CTS a été convoqué pour le vendredi 10 février.

Pour un enseignement public de qualité permettant la réussite de TOUS les élèves, le SNES appelle tous les collègues à se mobiliser contre les conditions de rentrée 2012 en organisant des actions locales et en informant les parents d’élèves, les élus ainsi que la population.

N’hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de la situation dans vos établissements, de vos difficultés ou interrogations concernant les DGH.

Pour le S2 de Haute-Saône, David Caillet.


Documents joints

PDF - 54.4 ko